Gracieux et raffiné, facilement reconnaissable à sa couronne ouverte de branches balayant le sol. Les feuilles sont vert clair au-dessus, vert grisâtre en dessous. Ce saule pousse particulièrement bien près de l’eau. Tout savoir sur le saule crevettes

 

Zones de rusticité

On peut s’attendre à ce que le saule pleureur pousse dans les zones de rusticité 6-8. 

 

Taille à maturité

Le saule pleureur atteint une hauteur de 30-40′ et une envergure d’environ 35′ à maturité.

 

Taux de croissance

Cet arbre pousse à un rythme rapide, avec des augmentations de hauteur de plus de 24″ par an.

 

Préférence en matière d’ensoleillement

Le plein soleil et l’ombre partielle sont les meilleurs pour cet arbre, ce qui signifie qu’il préfère un minimum de quatre heures de lumière solaire directe et non filtrée chaque jour.

 

Préférence en matière de sol

Le saule pleureur pousse bien dans les sols acides, alcalins, loameux, humides, riches, sablonneux, bien drainés et argileux. Il pousse bien près de l’eau mais a une certaine tolérance à la sécheresse.

 

Attributs

Cet arbre : 

  • Il prospère dans une large gamme de conditions de sol et d’humidité.
  • Il pousse particulièrement bien près de l’eau.
  • Produit des fleurs jaunes portées par de courts chatons en avril et mai.
  • Dispose de feuilles longues et étroites de couleur vert clair avec un bord finement denté qui apparaissent tôt au printemps.
  • Produit un fruit brun de ¼ » de diamètre, ne laissant aucune litière à proprement parler.
  • Pousse en forme arrondie.

 

Valeur pour la faune

Cet arbre fournit de la nourriture de broutage pour les lapins, les castors et le gros gibier comme les cerfs. Il fournit également des sites de nidification pour de nombreux petits oiseaux et mammifères.

 

Histoire

Le saule pleureur est dramatique tant par son apparence que par son histoire. Peu d’arbres ajoutent autant de grâce au paysage. Au début de l’histoire du commerce interétatique, les boutures de cette espèce populaire étaient transportées le long des routes commerciales en provenance de Chine. Sa présence le long de l’Euphrate a fini par faire croire au célèbre botaniste Linnaeus qu’il s’agissait du saule mentionné dans la Bible, et il lui a donné le nom scientifique de babylonica. Plus tard, c’est l’ombre d’un saule pleureur qui a contribué à réconforter Napoléon pendant son exil sur l’île de Sainte-Hélène. Après que Napoléon a été enterré sous son arbre préféré, les boutures de celui-ci sont devenues un prix apprécié par ses admirateurs du monde entier.