Supports pour plantations aériennes

Jardin
Sommaire

J’ai commencé à penser à un objet “fait soi-même” pour des plantations aériennes après avoir fabriqué un cintre en laiton dans un atelier d’artisanat. L’idée de départ était comme une couronne de plantes à accrocher en l’air. Chaque fois qu’un objet “fait soi-même” prend une direction différente, c’est généralement le résultat de la simplification des choses après que l’idée initiale n’ait pas fonctionné, qui fait de celle-ci une idée très simple qui vaut vraiment la peine d’être essayée.

 

Comment je m’y suis pris ?

 

Matériaux :

  • un cintre ;
  • de la dentelle en daim ;
  • des ciseaux ;
  • des plantes ;
  • du fil de fer ;
  • un coupe-fil.

Etapes :

J’ai choisi une cheville carrée parce que je me suis dit que cela maintiendrait mieux le fil de fer en place et l’empêcherait de glisser comme il le ferait très probablement sur une cheville ronde.

J’ai attaché et fait un double nœud à chaque extrémité de la dentelle en daim aux extrémités de la cheville en bois, puis j’ai coupé l’excès de dentelle. 

J’ai grossièrement évalué à l’œil la longueur de la dentelle pour qu’elle soit quelque part proche de deux fois la longueur du goujon, peut-être un peu moins et que cela ressemble à un petit trapèze!

Mes plantes ont été accrochées avec du fil de fer déjà enroulé autour de la base. Cela signifie que les plantes ne seront pas facilement amovibles, mais je prévois seulement de brumiser l’eau des plantes et de ne pas les retirer pour les tremper. J’ai une autre plante qui s’est bien comportée pendant un certain temps avec seulement une brumisation d’eau 2-3 fois par semaine, ce qui est un soulagement parce qu’il est possible que je sois trop paresseux pour retirer régulièrement les plantes pour des heures de trempage.

Il ne reste donc plus qu’à enrouler le fil de fer fermement autour du goujon (j’ai enroulé chacun d’eux environ trois fois autour) et à couper l’excédent avec une pince coupante, en veillant à ce que la plante soit équilibrée sur le côté supérieur du goujon. Cette partie est un peu délicate parce que la plante  alourdit le goujon et risque de le faire basculer, c’est donc un peu un numéro d’équilibriste. J’ai utilisé la dentelle en daim pour aider à stabiliser les chevilles en la tissant quelque peu dans les feuilles de la plante.

Je n’avais pas prévu que chaque cintre devrait être accroché de façon décentrée pour que la cheville soit suspendue droite puisque j’ai attaché les plantes aux extrémités, mais je trouve cela étonnamment beau.

Le résultat s’est avéré meilleur que sur le croquis original que j’avais en tête.